ANDERSON (S.)


ANDERSON (S.)
ANDERSON (S.)

ANDERSON SHERWOOD (1876-1941)

Très peu connu en France, Sherwood Anderson a laissé une œuvre diverse et importante: une trentaine de volumes où alternent romans, nouvelles, poèmes en prose, reportages et autobiographies très libres, publiés entre 1916 et 1941; une œuvre qui a suscité d’âpres controverses, qui a été ensuite relativement négligée, puis qui est redevenue objet de débats vers la fin des années soixante.

Winesburg-en-Ohio (Winesburg, Ohio , 1919), à mi-chemin entre le recueil de nouvelles et le roman, présente quelques habitants d’un village du Middle West au début de ce siècle; une série de personnages qui — que leurs voisins les perçoivent comme «bizarres» ou non — se sentent isolés, méprisés ou mal-aimés, et dont les frustrations, sexuelles en particulier, s’expriment soudain en des gestes de protestation, généralement incompris, parfois secrets et toujours vains. Victimes d’une société puritaine? sans doute, mais aussi des hommes et des femmes qui sont devenus sans le savoir des «grotesques» pour s’être laissés envahir par une monomanie, au point de devenir aussi les artisans de leur propre échec. Pour Anderson, ces êtres sont tout, sauf des exceptions: «Nous sommes tous des grotesques.» Ce livre, devenu un classique du vivant même de l’auteur, a d’abord scandalisé les arbitres du bon goût par sa forme, qui ne ressemblait à rien, et par ses thèmes, notamment l’analyse des frustrations sexuelles.

L’œuvre abonde en critiques des tabous et des mythes de la société américaine; mais la raison en est une sollicitude constante à l’égard de l’individu: victime des bouleversements sociaux et technologiques, et, par ailleurs, aussi impuissant à assouvir ses désirs qu’à y renoncer, toujours en quête d’un accomplissement rarement réalisé, incapable d’atteindre l’équilibre sous son nom de maturité. Parfois même, quête et fuite sont difficiles à distinguer. Ici se rejoignent les thèmes et l’artiste qui les fait surgir de ses propres angoisses, persuadé qu’il est d’incarner de façon privilégiée les tâtonnements et l’immaturité du jeune peuple américain.

C’est donc un écrivain qui, à peu d’exceptions près, trouve sa force dans l’expression du doute et de l’échec; on les trouvera également dans Poor White , 1921, son meilleur roman, et dans certaines de ses nouvelles. Car Anderson a écrit des nouvelles parmi les plus belles de toute la littérature américaine; il faut lire Le Triomphe de l’œuf (choix de nouvelles tirées de The Triumph of the Egg , 1921, Horses and Men , 1923, Death in the Woods , 1933, et The Sherwood Anderson Reader , 1947), où il évoque, avec beaucoup de pudeur et de justesse, non seulement des catastrophes individuelles, mais aussi les étonnements les plus authentiques, particulièrement dans la découverte, que font des enfants ou des adolescents, de la sexualité, de l’hypocrisie sociale, de la mort.

Mais le grand problème sous-jacent reste celui de l’artiste dans ses rapports avec l’art; sur ce point, la vie d’Anderson a pris valeur de légende et d’exemple: celle d’un homme né vingt-cinq ans avant le XXe siècle dans une famille rurale, pauvre; qui, sans éducation, a tenté de réussir matériellement dans divers métiers à la mode (les affaires, la publicité); puis a tout quitté soudain (y compris femme et enfants) pour écrire, dans un monde où l’homme sans fortune qui décide de refuser les compromis ne peut vivre de sa plume. Ont suivi des années de difficultés et d’inquiétudes. Sur ces événements et leurs conséquences parfois dramatiques, Anderson est revenu à plusieurs reprises dans Un conteur se raconte (A Story Teller’s Story , 1924) et dans ses Memoirs , 1942.

Anderson a encouragé, sinon dans tous les cas influencé, des écrivains aussi différents que W. Faulkner, Th. Wolfe, J. T. Farrell, H. Miller, E. Hemingway. Ce dernier a si nettement subi son influence à ses débuts qu’il a dû le rejeter, avec son autre parent spirituel, Gertrude Stein, dans une satire vengeresse, Torrents of Springs , 1926. À partir de 1915 environ, Anderson représente pour les jeunes écrivains le refus du puritanisme, l’éclatement de formes rigides, la réapparition d’un langage populaire qui renoue avec Mark Twain, et aussi la preuve qu’une vie comme la sienne, loin d’être un obstacle, peut fournir la matière d’une œuvre littéraire. Cette histoire, assez exceptionnelle, et une tendresse également rare définissent l’originalité de cette voix.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anderson — (auch Andersson, Andersen, Anderssen, Andrewson und viele andere Varianten) ist ein alter christlicher Nachname. Herkunft Ursprünglich kam der Name in Skandinavien und Schottland vor, wo er aus Badenoch am Oberlauf des Spey stammt und in den… …   Deutsch Wikipedia

  • Anderson — Saltar a navegación, búsqueda Anderson, puede significar: Futbolista Anderson Luís de Abreu Oliveira Botánicos: A.Anderson Alexander Anderson 1748 1811 A.B.Anderson Anthony Benett Anderson 1950 C.L.Anderson Charles Lewis Anderson 1827 1919… …   Wikipedia Español

  • Anderson — (or Andersson) may refer to:People* Anderson (surname) * Anderson (footballer) can refer to several association football playersPlacesIn Canada: * Anderson, British Columbia * Anderson Bay, British Columbia * Anderson Bay Provincial Park, British …   Wikipedia

  • Anderson — Anderson, AK U.S. city in Alaska Population (2000): 367 Housing Units (2000): 148 Land area (2000): 46.724041 sq. miles (121.014705 sq. km) Water area (2000): 0.538567 sq. miles (1.394883 sq. km) Total area (2000): 47.262608 sq. miles (122.409588 …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Anderson — Anderson, Charles David Anderson, Lindsay Anderson, Philip Warren Anderson, Sherwood ► C. de E.U.A., en el estado de Indiana; 70 787 h (área metropolitana, 138 451 h). * * * (as used in expressions) Anderson, (James) Maxwell Anderson, Elizabeth… …   Enciclopedia Universal

  • ANDERSON (C. D.) — Carl David ANDERSON 1905 1991 De parents suédois, Carl Anderson (New Yok, 1905 San Marino, Calif., 1991) fut le premier à montrer l’existence physique de l’antimatière. Il mena toute sa carrière, aussi longue que brillante, au California… …   Encyclopédie Universelle

  • ANDERSON (M.) — Marian ANDERSON 1897 1993 Bien sûr, il y a le mythe et une vie entière consacrée à la lutte pour l’égalité des droits civiques. L’Amérique d’avant guerre n’est pas tendre pour ces Noirs qui ont la témérité de revendiquer leur part de Constitution …   Encyclopédie Universelle

  • Anderson — Anderson, Elizabeth Garrett (1836 1917) a British woman who became the first woman to be officially accepted as a doctor by the British Medical Association Anderson 2 Anderson, Sher|wood (1876 1941) a US writer who wrote Winesburg, Ohio (1919), a …   Dictionary of contemporary English

  • Anderson, AK — U.S. city in Alaska Population (2000): 367 Housing Units (2000): 148 Land area (2000): 46.724041 sq. miles (121.014705 sq. km) Water area (2000): 0.538567 sq. miles (1.394883 sq. km) Total area (2000): 47.262608 sq. miles (122.409588 sq. km) FIPS …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Anderson, AL — U.S. town in Alabama Population (2000): 354 Housing Units (2000): 174 Land area (2000): 1.291550 sq. miles (3.345099 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.291550 sq. miles (3.345099 sq. km) FIPS code …   StarDict's U.S. Gazetteer Places


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.